Blogue

par Gabrielle McLaughlin

Finissants sans frontières

En octobre, des élèves de la 12e année lisaient un livre de Matin Gray qui s’appelait « Au nom de tous les hommes » qui s’adressait à tous. Ils lisaient en particulier le texte intitulé  « Les horreurs qui se passent autour du monde, sans que quelqu’un s’en rende compte. » En lisant ces pages, l’enseignante, Mlle Foreman (suppléante pour M. Quimpère) demanda aux élèves : «  Qu’est-ce qui vous choque le plus? »

Pendant que tous répondaient, et il y avait plusieurs réponses des autres élèves, Nathaniel  Carson n’était pas capable d’arrêter ses pensées qui disaient la même chose : « Tout le monde ne fait rien! »  Une autre élève de cette classe et amie de Nathaniel, Madeleine Slaney, lui téléphona en soirée avec les mêmes préoccupations. Elle lui dit qu’elle voulait faire quelque chose de cette situation! Elle savait que Nathaniel avait déjà travaillé dans le volet de l’aide humanitaire et  qu’elle pourrait se fier à lui pour de l’aide et qu’il agirait comme guide dans cette nouvelle aventure!

Ils discutèrent de cette situation où « personne n’aide les horreurs qui se passent autour du monde » et ils montèrent un plan d’action! Dès la semaine suivante, ils avaient un plan d’affaire, ils savaient qu’ils devaient faire des levées de fonds, et qu’ils devaient pousser les finissants à plus s’impliquer, parce que d’après Nathaniel : « Ils vont être les leaders du futur! » Nathaniel et Madeleine voulaient aussi avoir comme but de transmettre le goût d’aider les moins fortunés et de vraiment engager les autres élèves dans cette nouvelle passion! Donc, leur dernier but fut identifié comme celui de faire l’éducation à leurs pairs afin des les motiver pour qu’ils soient aussi passionnés et enthousiastes qu’eux!

Déjà, quelques mois plus tard, on peut apercevoir Nathaniel et Madeleine (photo) qui font leur première levée de fond : ils vendent des T-shirts au comptoir étudiant pendant le midi du 6 au 17 février  à un coût de 15$ chaque.  Pourquoi 15$ vous vous demandez peut-être? Bien, $15 donne de l’éducation à 1 enfant pour 1 année et pour une somme de 42$, ils immunisent les enfants contre l’hépatite A,B,C et le malaria!  La charité « Pratham, »  leur première cause humanitaire choisie,  travaille avec le système éducationnel. « Pratham » essaie de donner plus d’éducation aux filles, c’est une répercussion présente de la cause vers les autres avec le gouvernement Indien.  Leur deuxième priorité est de donner plus d’éducation aux garçons. Une deuxième cause qui fut choisie est nommée, « Village Reach, » qui travaille au sud-est de l’Afrique, par exemple au Kenya et en Mozambique.

Une deuxième activité du comité humanitaire pour encourager les dons à l’humanité est de remplacer des corsages normalement achetés pendant  le bal des finissants pour une vente de bracelets confectionnés en rubans. Ces rubans seraient portés pour démontrer le soutien des causes humanitaires de Nathaniel et Madeleine. Les rubans seront vendus au coût de 25$ chacun.

 Si vous n’êtes pas capable de vous rendre au comptoir étudiant et que vous souhaitez montrer votre appui à cette cause, veuillez communiquez avec Nathaniel  au : natcarson@rocketmail.com . Nathaniel se fera un plaisir de vous commander un T-shirt ou de discuter des causes humanitaires avec vous!

Sachez que Nathaniel et Madeleine espèrent que le projet se continuera dans le futur, et ce, indéfiniment! Déjà nous avons des confirmations que ces prédictions sont justes parce qu’aussi grâce à l’aide de Nathaniel, les autres écoles secondaires du coin commencent à participer au projet : l’école secondaire Fredericton High School (FHS) et Leo Hayes High School (LLHS) se sont récemment branchées en montant des comités similaires !

Paulette LeBlanc, agente de développement culturel et communautaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Accueil » Blogue » Finissants sans frontières

Haut de page