Blogue

par Zivi Richard

W.F. Boisvert commémore les pensionnats autochtones

Josée Thibodeau, Makenzie Richard et Faith Belding, élèves de la 4e année dans leurs chandails orange et les morceaux d’art portant des mots d’empathie et d’amour pour les enfants autochtones qui ont vécu les pensionnats.

Aujourd’hui dans notre école nous avons commémoré une expérience signifiante dans l’histoire du Canada.
Chaque automne, la rentrée scolaire est pour la grande majorité des élèves, synonyme de joie de retrouver ses amis, de rencontrer la nouvelle ou le nouvel enseignant, de faire de belles découvertes ou encore de porter fièrement ses vêtements neufs.
Pendant plus de 100 ans, pour des milliers d’élèves autochtones, la rentrée scolaire correspondait plutôt à une expérience traumatisante. En effet, de la fin du 19e siècle jusqu’en 1996, 150 000 jeunes ont été littéralement arrachés de leur famille pour se rendre dans des pensionnats situés souvent à des milliers de kilomètres de leur foyer. Ce système des pensionnats avait pour but d’assimiler les jeunes autochtones à la culture dominante.

Les élèves de la 6e année avec des t-shirts orange en carton qui ont des messages d’amitié pour les enfants autochtones qui ont vit les pensionnats.

Dans son rapport de 2015, la Commission de Vérité et réconciliation a soumis 94 appels à l’action pour réconcilier les peuples autochtones et les non Autochtones. En 2008, le gouvernement canadien s’est excusé auprès des premiers habitants du pays pour les torts causés et s’est engagé à travailler à reconstruire les ponts avec ces communautés.
Au Nouveau-Brunswick, l’objectif 5 du plan d’éducation de 10 ans Donnons à nos enfants une longueur d’avance (2016) vise justement à travailler à la réconciliation en faisant connaitre la culture et l’histoire des peuples autochtones en plus de favoriser la construction identitaire des élèves des Premières Nations fréquentant nos écoles.
Cette année et pour les années à venir, nous aux écoles W.F. Boisvert et l’École secondaire Assomption, allons commémorer la Journée du chandail orange. Comme bien des Canadiennes et des Canadiens, vous avez peu entendu parler de l’histoire des pensionnats autochtones. Il est donc tout à fait normal que vous ne connaissiez pas cette histoire. En soulignant la Journée du chandail orange, nous vous invitons à faire un premier pas vers la réconciliation en prenant le temps d’en discuter avec vos enfants.
Un gros merci a nos élèves pour avoir été empathiques et sensible à cette journée. Ils se montrent véritablement prêts à contribuer à la réconciliation avec les peuples autochtones!

Des élèves de la 5e année qui démontrent leurs t-shirts orange avec des messages d’empathie et d’amour pour les enfants autochtones qui ont vit les pensionnats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Accueil » Blogue » W.F. Boisvert commémore les pensionnats autochtones

Haut de page